EN LIBRAIRIE

« La manière la plus intelligente de dépenser 13 euros ! Ni roman ni enquête, ou un peu des deux, peu importe au fond, ce qui compte c'est l'intensité de ce texte, son engagement et sa force. À travers les portraits de Jean et Melvin McNair, Afro-Américains devenus pirates de l'air par désespoir, c'est à une profonde réflexion sur l’oppression et l'intolérance que nous invite Sylvain Pattieu. On en ressort bouleversé, et grandi. »

Mathilde Guiraud, librairie Delamain, Paris

 

« On avait oublié l'histoire incroyable de Jean et Melvin McNair, auxquels Sylvain Pattieu rend hommage dans un livre passionnant. »

                                                   Mohamed Kaci, TV5 Monde

 

« Un texte fulgurant et une lecture salutaire. »

Valérie Caffier, librairie Le Divan, Paris

 

« Une formidable pirouette narrative, une extraordinaire aventure humaine, sociale et politique. »

Matteo Cavanna, librairie Gallimard, Paris

 

« Un véritable travail d'écriture du réel, un récit ultra-documenté et plein d'empathie qui remet en contexte le geste désespéré d'une poignée de jeunes Noirs voulant fuir le ghetto à la fin des années soixante-dix et leur long chemin vers la rédemption. »

Amaury Gouyette, librairie Brouillon de culture, Caen

 

« "Et si on détournait un avion ? C'est une bonne idée, non ? On prend les enfants avec nous, d'accord ?" C'est à peu près ainsi qu'a commencé l'un des plus invraisemblables détournements d'avion de l'Histoire. Une folle aventure. »

Jérôme Dupuis, L'Express

« Une délicieuse litanie centrée sur le "je". Souvenirs personnels d'une enfance privée de père, émotions grivoises, préférences culinaires, considérations légères, puis retour au saisissement existentiel : ça part dans tous les sens, et ça fait drôlement du bien. »

François Perrin, Le Vif/L'Express

 

Gaspard Delanoë

sur France Culture

sur Nova

sur YouTube

chez Mollat

à l'Élysée

 « Un récit passionnant, fascinant. »

Sophie Pujas, Le Point

 

« Un livre d'une incroyable densité poétique et spirituelle. Mark Greene, écrivain de race qui écrit dans un français splendide, nous offre une méditation profonde sur le monde et la vie, l'utilité et l'inutilité de nos entreprises. »

Sébastien Lapaque, Le Figaro littéraire

 

« Plus fort que Don Quichotte ! »

Frédéric Pagès, Le Canard enchaîné

 

« On ne peut s’empêcher de penser, en refermant l’ouvrage, que Justo a raison et que le reste du monde a tort. Car Mark Greene explore ce projet sans fin avec une grande finesse. Sous sa plume, cette cathédrale, dont la construction s’étire indéfiniment, devient une incarnation moderne du geste poétique, résolument inutile et gratuit. »

Violaine Morin, Le Monde des livres

 

« Mark Greene rend hommage dans ce livre deux fois inspiré – par la foi du bâtisseur, par la passion de l’écrivain – à cet acte génialement fou, obstiné, démesuré, invraisemblable. »

Ella Balaert, La Nouvelle Quinzaine littéraire

 

« Avec souplesse et subtilité, son livre fait apparaître sous nos yeux la cathédrale "altière et absurde". »

Grégoire Leménager, L'Obs

 

« Un tendre et subtil récit. Les scènes sont fortes, concrètes, incarnées. On pense à Samuel Beckett. »

Sabine Audrerie, La Croix

 

« Un corps-à-corps entre deux hommes que tout oppose mais qui partagent la même conviction : il n’y a pas de but, seul importe le chemin. »

Sophie Joubert, L'Humanité

 

« Un beau récit sur un Don Quichotte aux allures mi-médiévales mi-clownesques. »

Jean-Philippe Rossignol, ArtPress

 

« Mark Greene revient en librairie avec un intrigant récit. On retrouve dans ce mince et dense volume tout ce qui fait le charme de ses romans et nouvelles. Une même musique. Un identique goût pour le mystère. »

Alexandre Fillon, Sud-Ouest

 

« 90 pages de pur plaisir, qui se lisent d'une traite et sur lesquelles on revient sans cesse. Bref, un régal ! »

Blog La XXVe heure

 

« Une petite pépite à mettre entre toutes les mains curieuses. »

Alexandre Bord, Librairie de Paris, Paris

 

« Une magnifique rencontre entre un auteur et son sujet. »
François Groff, librairie Le Livre et la Tortue, Issy-les-Moulineaux

 

« On ne fait que des miracles ! C'est le cas de le dire, après la lecture de cette histoire absurde, héroïque, magnifique. »

Matteo Cavanna, librairie Gallimard, Paris

 

« Très surprenant, et combien touchant. »

Alexandre Cavallin, Port Maria, Quiberon

 

« L'histoire poétique et singulière d'un constructeur de cathédrale. Un beau texte à découvrir ! »

Marion, librairie Mémoire 7, Clamart

 

« La réalité, comme par magie, devient plus folle que la fiction.

Un petit texte d'une grande puissance ! »

Émilie Pautus, librairie La Manœuvre, Paris

 

« Un livre magnifique. »
Vincent Ladoucette, librairie Privat, Toulouse
 
« Une belle découverte. »
Magali Le Moullec, librairie Durance, Nantes
 
« Un régal ! »
Aurélie Garreau, librairie Le Monte-en-l'air, Paris 

« Voici sans doute l'un des livres les plus importants, troublants et dérangeants jamais écrits sur le nazisme. Le niveau de détails et d'incarnation auquel elle parvient est aussi stupéfiant que cauchemardesque. Comme avec le film Shoah, mais cette fois dans la sphère des bourreaux, on a la sensation en lisant ce livre d'approcher physiquement ce qu'a dû être la réalité du nazisme. »

Marc Weitzmann, Le Magazine littéraire

 

« Difficile de savoir qui est le plus fascinant, de Gitta Sereny elle-même ou des personnalités sur lesquelles cette grande journaliste écrivit tout au long de sa carrière. »

                                                   Jean-Louis Jeannelle, Le Monde des livres

 

« Une lecture majeure, trépidante et indispensable. On lit tour à tour un journal de bord, un roman d'aventures, un thriller digne du Silence des agneaux dans ses face à face avec d'anciens criminels nazis, un polar juridique et bien sûr un essai aussi profond que passionnant sur la nature humaine. Impossible à lâcher. »

Guillaume Bourain (librairie Les Saisons, La Rochelle), Initiales magazine

 

« L’auteur pose les questions fondamentales de la responsabilité individuelle ; du mensonge et de la culpabilité. Ces mêmes questions hantent également, dans les autres enquêtes recueillies ici, les enfants et les parents des hiérarques du régime. Elles hantent aussi les générations successives de jeunes, et au-delà, toute la société allemande qui - nous pouvons en être certains - se les posera encore pendant longtemps. »

Association des professeurs d'histoire et de géographie

 

« Comment la barbarie nazie a-t-elle pu surgir au cœur de l'Europe civilisée ? Pour tenter de le comprendre, il faut absolument lire Dans l'ombre du Reich. Une somme dont la finesse de l'analyse psychologique et sociologique équivaut, sinon dépasse, la perspicacité d'Eichmann à Jérusalem. »
Paulina Dalmayer, Causeur

 

« Ces textes fourmillent d'informations, de réflexions, de questionnements, de réponses à de nombreuses interrogations, le tout par l'entremise d'une écriture captivante, fluide et par une maîtrise parfaite de la construction d'ensemble. »

Yves Faucoup, Mediapart

 

« Les interactions permanentes entre expériences, émotions et souvenirs personnels, et les analyses historiques, sociales et journalistiques de Gitta Sereny font toute l’originalité de son travail. Elle ausculte au plus près le corps du mal qui, loin d’être fascinant, apparaît misérablement humain. »

Victorine de Oliveira, Philosophie Magazine

 

« L’immense talent de Gitta Sereny est de savoir rendre leur part d’humanité aux bourreaux, ce qui est encore plus dérangeant. Beaucoup, dans des circonstances similaires, pourraient faire pareil. Elle est dans le gris de la vie, loin de tout manichéisme. »

Marc Semo, Libération

 

« La force de l'ouvrage de Gitta Sereny est de glisser avec talent de la douloureuse nostalgie d'un Stefan Zweig à l'acuité journalistique du Joseph Kessel de L'Heure des châtiments. Un maître livre. »
Jean-Louis Thiériot, Le Figaro Histoire

 

« Gitta Sereny évoque dans ce livre-témoignage ses rencontres. Mises bout à bout, elles font de cet ouvrage un portrait impressionniste mais très précieux de l'Allemagne nazie et, mieux encore, de l'Allemagne d'après-1945. (...) Un portrait passionnant de ce qui reste, au fond, l'impensé allemand. »

Jacques de Saint Victor, Le Figaro littéraire

 

« Dans l'ombre du Reich est moins un livre d'histoire qu'un livre sur les traces de l'histoire. Avec Gitta Sereny, on entre dans le nazisme par une porte dérobée. Le mal y apparaît moins impressionnant même si l'horreur qu'il dégage est identique. »

Laurent Lemire, L'Obs

Narrative nonfiction, enquêtes, essais, débats. La littérature du réel sous toutes ses formes.

Liens amis

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Éditions Plein Jour