Jean-Christophe Averty

La réalité me casse les pieds

Entretiens avec Noël Herpe

En partenariat avec France Culture

112 pages, 14 euros

11 mai 2017

 

 

 

 

 

REVUE DE PRESSE

Radio Nova, 15 mai 2017

Nova Book Box

par Richard Gaitet

 

"Puisqu'un homme averti en vaut deux, j'aimerais provoquer une vague de dédoublements dans tout le pays en vous avertissant de l'existence en version papier de l'un des derniers grands entretiens accordés par Jean-Christophe Averty."

À écouter ici.

Le Monde des livres, 11 mai 2017

Averty l'artificier

par Antoine de Baecque

 

On peut aimer l’œuvre de Jean-Christophe Averty (1928-2017) de bien des façons. Le pouvoir de fascination de ce Méliès de la télévision reste intact, deux mois après sa disparition. On le retrouve dans le joli volume d’entretiens de Noël Herpe, adapté d’une série réalisée pour « A voix nue », sur France ­Culture, en 2015. Averty est un pionnier et toute son œuvre s’est fabriquée sous le signe d’une cohérence entêtée dans l’artifice, au point qu’une confession peut résumer son esprit culotté, tout en donnant son titre au recueil : « La réalité me casse les pieds. Elle est froide, les murs sont durs. Les voitures s’écrasent. La solitude étouffe et tue lentement. Tout ce que j’ai aimé, tout ce que j’aime encore et aimerai jusqu’à ce que je sois enterré, ce sont les choses qui n’existent pas dans la vie et qu’il faut inventer. »

France Culture, 5 mai 2017

Les Matins. Les trois minutes des partenaires

par Sébastien Le Fol

 

"Un livre qu'il faut absolument se procurer."

Une chronique à écouter ici.

France Inter, 4 mai 2017

Le Nouveau Rendez-vous

par Laurent Goumarre

 

Retrouvez Noël Herpe, avec Sylvie Pierre et Mireille Dumas, ici (à partir de 55 min. 12 s.)

Le Canard enchaîné, 26 avril 2017

La réalité me casse les pieds

par Frédéric Pagès

 

Il fut pendant quarante-cinq ans un symbole d'avant-gardisme télévisuel. Mort à 88 ans, le 4 mars, Averty était "un réactionnaire type", selon ses propres termes. Comme il le raconte drôlement dans ces entretiens, l'histoire s'est arrêtée pour lui dans les années trente, et peut-être même dès la mort d'Alfred Jarry (...). Dans la défunte ORTF, il se sentait à l'aise. Mais pas "à partir de 1978-1980, (où) la télé est devenue une entreprise dévouée à la vente du saucisson et du cirage."

Excédé par la "prétention télévisuelle de refléter la réalité", il pourfendait le direct ("quelque chose d'effroyable, de monstrueux"). Pour cet intégriste du swing, le jazz s'était arrêté aux environs de l'an 40. Tous ces excès assumés avec délectation font de ces entretiens un moment de grande fureur comique. Pour notre plaisir, ça cafouille, ça chatouille et ça bafouille.

Narrative nonfiction, enquêtes, essais, débats. La littérature du réel sous toutes ses formes.

Liens amis

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Éditions Plein Jour